Le roman Het televisie experiment de Bert 

Histoire de la télévision
https://www.histv.net

A propos de ce site

 

Pour être tenu.e informé.e des parutions de nouveaux articles, abonnez vous aux pages Facebook et Twitter "Histoire de la télévision"

© 2018 by André Lange.

Contact : histv3@gmail.com

twitter.png
Juljian OCHOROWICZ""O możności zbudowania przyrządu do przesyłania obrazów optycznych na dowolną odległość.", Kosmos, 3/1878
 
J. Ochorowicz  "Sur la possibilité de construire un appareil pour envoyer des images optiques à n'importe quelle distance."


(Traduction provisoire à partir de Google Translate)

L'invention du téléphone, si simple dans son usage et si merveilleux dans son fonctionnement, commencera probablement une ère de découvertes, imprévisibles par les fantasmes les plus fous. Le phonographe Edison stockant les sons et les répétant sur appel, semble être un signe avant-coureur de cette époque, qui introduira de nombreux changements importants, même dans la vie publique. A partir du moment où William Thomson a annoncé l'expérience d'Edison il ne semble faire aucun doute que le phonographe n'est pas pas une illusion ; qu'il nous sera possible d'envoyer des pensées avec notre propre voix, une fois pour toutes stockées sur les feuilles d'étain. La lecture, la récitation, le chant, l'opéra pourront être transportés dans une poche avec toutes les ressources de l'affection, de l'harmonie, de l'intelligence, de l'enthousiasme et de la précision, pourront être achetés en enregistrement, envoyés en lettres et répétées par presque la même voix par le phonographe. Un artiste célèbre, sans quitter sa chambre, il pourrait être entendu dans les deux hémisphères, et toute indisposition de son larynx ne sera plus une source d'obstacles, parce que le phonographe ne se sera pas fatigué pas ni malade. Ayant achetés quelques enregistrements de la Patti sous forme de phonogrammes, chaque jour, nous serons en mesure de nous endormir, bercé par les mélodies de la diva, enchanté le cylindre phonographique, que nous nous disposerons à notre chevet. Et quel réconfort pour les professeurs qui enseignent le même cours tout au long de leur carrière universitaire! Ayant enregistré un cycle de cours devant le phonographe, ils n'auront plus besoin d'aller à l'université les années suivantes pour lire leurs cahiers jaunis. Seul le papier d'étain apporté par le bedeau ira en chaire, et la plaque vibrante remplacera complètement les lèvres éloquentes de l'orateur. Maman, cependant, se contentera-t-elle de ces diverses arrangements ?

    

Messieurs, Bell et Edison nous ont tellement gâtés avec nos expatriés que nous commençons à être insatisfaits, et nous voulons quelque chose de plus. Quel plaisir pour moi quand je suis établi à Lviv de pouvoir écouter l'opéra italien à Paris, puisque je ne vois pas ni les acteurs ni les décors  ou  les impressions sur les visages du public, ni regarder les parures du premier étage ? En un mot rien!

Cela ne peut pas être ainsi. Après le téléphone et le phonographe, il faut inventer un téléphote (telefoto) ou un téléphotoscope (telefotoscopo), c'est-à-dire un appareil télégraphique permettant de voir à distance. Ce sera rien de moins que le miroir magique de Pythagore, que François Ier utilisa dans les guerres contre Charles V. Il vit à Paris ce que son agent lui écrivait, depuis Milan, avec du sang sur un miroir, tout à fait semblable à celui que lui même possédait. C'est ce que dit la légende. Eh bien, il serait bien d'écrire un chapitre de la physique à partir de la légende, de faire un appareil physique réel à partir du miroir légendaire. Serait-ce quelque chose de tellement extraordinaire pour cette époque, alors que vous pouvez entendre des plaques de fer chanter avec la voix de la Patti et que les feuilles d'étain ont acquis le pouvoir de  répéter les chants pour toujours, un nombre illimité de fois? - Prenez ceci en considération:

    

Un rayon de lumière ne peut pas être déplacé directement à travers des corps opaques, mais il peut être déplacé comme un son dans le téléphone, grâce à la médiation de son équivalent électrique. Les données de vibration de la plaque, génèrent des courants magnéto-électriques qui leurs sont assez proportionnels. Lorsque le son change, le courant le fait aussi - l'un est la fonction de l'autre. La seule question est de savoir si la lumière pourrait remplacer le son à cet égard - et donc, pour l'invention du téléphote, il faudrait d'abord résoudre la question suivante:

    1) Trouver un moyen de conversion équivalente des rayons lumineux en courants électriques.

    À la question de savoir si les rayons de la lumière eux-mêmes peuvent être invoqués par le magnétisme ou l'électricité, certains ont répondu affirmativement. Je veux citer Morichini, Sommerville, Christie et Baumgaertner, dont les œuvres sont éparpillées dans diverses annales et archives. Ils soutenaient que la lumière en général, ou seulement ses rayons bleu-violet, avaient la propriété d'induire le magnétisme dans les aiguilles d'acier. Malheureusement, les expériences prudentes et multiples de Riess et Moser ont convaincu que les résultats supposés de ces physiciens n'étaient que le résultat de variations dans les expériences de négligence. Nous ne pouvons pas trouver de l'aide de ce côté.

    De même, on a longtemps douté de la possibilité de déclencher par elle-même la lumière des états électriques, bien que l'analogie des phénomènes thermoélectriques ait pu guider cette idée. Il y a seulement deux ans, le Professeur Hankel de l'Université de Leipzig, a montré que les plaques de métal placées dans l'eau ou dans des solutions de sels minéraux, sous l'influence de la lumière, se manifesteront par des courants électriques clairs. Et plus tard, à savoir l'année dernière, (passage du texte difficilement compréhensible où il est question des fluorites du Weardale

   

En 1813, le Professeur Porechini, de Rome, découvrit que l'acier, exposé aux rayons violets du spectre solaire, devient magnétique.L e 8 février 1826, le physicien écossais W. Somerville communiqua à la Royal Society une note de son épouse Mary Somerville rendant compte d'expériences tendant à confirmer les observations. Dans les années 20, les physicien Samuel Hunter Christie et A. Baumgaernter s'intéressèrent également au magnétisme des métaux sous l'impact de la lumière. La théorie et les expériences furent réfutées en 1830 par Riess et Moser, qui ne réussirent pas à répéter les expérimentation. La question continua à susciter des débats. Elle fut notamment relancée en 1889 par Samuel Bidwell et en 1900 par H. Hart Voir l'article "Magnetism" de l'Encyclopedia Brtinnanica, 1842, pp.696 et suiv.