Le roman Het televisie experiment de Bert 

Histoire de la télévision
https://www.histv.net

A propos de ce site

 

Pour être tenu.e informé.e des parutions de nouveaux articles, abonnez vous aux pages Facebook et Twitter "Histoire de la télévision"

© 2018 by André Lange.

Contact : histv3@gmail.com

twitter.png
Traduction provisoire en français 
Brevet n°30105
Classe 21 - Appareils électriques
Paul Nipkow, de Berlin
 
"Téléscope électrique"
 
Le but de l'appareil décrit ici est de rendre visible un objet à l'endroit A à tout autre endroit B; la même chose est illustrée par les dessins d'accompagnement.

Dans la Fig. 1 T est un disque lumineux, qui peut être tourné rapidement et doucement autour de son axe par une horloge. D1 D2 D3 ... sont des trous percés à travers le disque et répartis sur une spirale à intervalles égaux.
La figure 2 montre le disque T en coupe transversale; D est l'une des ouvertures mentionnées avec la forme appropriée de la paroi du disque, F l'axe, qui est connecté par un engrenage avec un mouvement d'horlogerie. Dans le tube H, une lentille convexe G peut être déplacée avec sa douille. B est monté de telle sorte qu'à chaque révolution du disque,  on puisse voir toutes les ouvertures D1 D ". D3. ,  à travers la lentille G. Le diamètre de H est choisi pour qu'une seule ouverture soit visible. Le tube J, qui H juste en face de l'autre côté du disque T. est disposé, d'une part fermé par la lentille K, d'autre part par le miroir concave C; il a le même diamètre que H et est sur fait les parois intérieures polie de manière à être réfléchissante. La cellule de sélénium L attachée dans le fond de J est activée dans le circuit LMN. Dans ce cas, M est la source de courant, N est une bobine désordonnée (= bobine de Rumkhoff) sur une station II.
 
La figure 3 illustre la station II La bobine N est enroulée autour du corps O, ce qui est approprié pour le plan de polarisation d'un passage à travers elle d'un faisceau de lumière polarisée sous l'influence d'un courant électrique balayant la spirale, p. un cylindre  de Faraday en verre lourd, ou un tube rempli de disulfure de carbone, fermé des deux côtés par des plaques de verre plat. P est une source de lumière, Q une lentille convexe, R et S sont des prismes de Nicol, T1 est un second disque, qui est assez similaire à celui décrit, tournant à la même vitesse que T. Enfin, le tube U est  attaché à l'ensemble du dispositif QROS juste en face de l'autre côté de la tranche T1; il a le même diamètre que H et J; l'oeil V voit dans une révolution du disque T1 toutes les ouvertures D1 D2 D3 ... l'une après l'autre dans son champ de vision.
L'appareil est mis en fonctionnement de la façon suivante:
Après que la cellule de sélénium L ait été coupée de toute la lumière en recouvrant la lentille G, on ferme le circuit LMN et on l'ouvre. II placer l'analyseur S de sorte que toute la lumière provenant de P, ayant été rendue parallèle par Q. et polarisée par R, soit éteinte.  Il en résulte que l'oeil V ne voit pas l'ouverture du disque T1 juste dans son champ de vision. Maintenant on transmet au moyen de la lentille G une image réelle de l'objet à reproduire sur le disque T et qui se définit elle même sur le disque T1 qui tourne à la même vitesse. Au moment même où, par exemple, l'ouverture D20 pénètre dans l'image conçue par G, l'ouverture du même nom doit également être ouverte

La coupe T1 apparaît dans le champ de vision de l'oeil V. Pour chaque révolution complète du disque T, la totalité de la surface de l'image  dessinée par G est balayée (bestrichen) par  les ouvertures D1 D2 Dx , , , Les tracés (Bahnen) de ceux-ci sont étroitement adjacents les uns aux autres, et de même  à travers le disque T1, les ouvertures percées couvrent tout le champ visuel de l'œil V. Dès lors, aussi souvent que l'une des ouvertures D1 D2 D3 ... tombe sur un point de lumière de l'image dessinée par G, la lumière à travers la lentille K et le miroir concave C se concentre sur la cellule de sélénium L, la cellule de sélénium réduit son énergie électrique, qui est amplifiée par le courant circulant à travers LMN est amplifié. Le niveau dans lequel la lumière provenant de P est polarisée est renforcé ; la lumière - qui n'est plus occultée complètement par S - pénètre à travers la même ouverture du disque T1 dans l'oeil V. Aussi souvent qu'une ouverture du disque T frappe un point de lumière de l'image fournie par G, l'œil  V voit aussi les points de lumière, et même complètement. aux endroits appropriés de son champ de vision; mais puisqu'il a une impression de lumière momentanée de 0,1 à 0,5 secondes, il ne voit pas les points successivement, mais à côté l'un de l'autre, donc comme une image uniforme, lorsque les deux disques accomplissent une révolution en 0,1 seconde.
Au lieu des disques T et T1, on peut également utiliser des appareils tels que ceux utilisés dans la pan-télégraphie et la Copirtelegraphie (*), en disposant une ouverture au lieu de la broche de contact, qui guide toute la surface de l'image, à travers laquelle seule la lumière d'un côté de l'appareil peut arriver à l'autre.
 
Si, à un certain angle, pris du tube H, le centre du disque en tant que sommet, est un second ensemble d'appareils G 'H' J 'K' L 'C se connecte à une deuxième batterie M' et correspondant à la station II dun deuxième appareil N O 'P' Q correspondant, on pourra voir à travers U et U  de manière binoculaire et stéréoscopique. Sur les disques T et T1 peuvent encore connectées plusieurs paires de tubes H J etc., de sorte qu'on peut opérer de manière électroscopique de différents côtés, sans avoir besoin de nouveaux disques.
Le circuit L M est opportunément relié à I au moyen d'une bobine primaire, et les extrémités d'une bobine secondaire enroulée autour de celle-ci sont conduites l'une après l'autre vers II, mais alors l'analyseur S doit être placé de sorte que lorsqu'un courant négatif de force définie traverse la bobine N, toute la lumière est éteinte et que la force de la lumière augmente avec le courant négatif décroissant, avec l'absence de courant, avec le courant positif entrant et croissant, ou inversement.
 
Au moyen des courants alternatifs fournis par la bobine secondaire, il est également possible d'utiliser un relais, un téléphone avec un microphone attachée sur la membrane, puis alimenter le courant d'une batterie locale à travers le microphone et la bobine N.
Avec l'aide de l'appareil d'enregistrement photographique pour la transmission téléphonique de A.F. St. George (P.R., n ° 27231), la luminosité réussit à enregistrer chaque pixel (Bildpunkt)(**) en vue d'une reproduction ultérieure. Après l'omission de la membrane et de la lame, on place l'appareil à la place de la cellule de sélénium L, ou plutôt devant l'ensemble d'appareils NOQRS à la place du disque T1 et U, et on concentre toute la lumière qui traverse une lentille sur la plaque photographique; il est également possible d'utiliser l'appareil sans autres modifications en plaçant sa membrane de fer puis de le mettre en mouvement par un aimant téléphonique dont les bobines sont allumées dans le circuit L M.   Si l'on veut recréer point par point une image ou une scène entière enregistrée, l'enregistreur est placé devant le disque T1, éclairé, comme dans la reproduction des messages téléphoniques, puis les deux appareils reçoivent le mouvement correspondant.
L'effet du courant électrique au corps O en balayant méthode décrite lumière peut être améliorée par l'application de Faraday (dans Poggendorff's Annalen, Bd. 68 und 70) . Si, avant chaque ouverture du disque T1, on met une lentille concentrant les rayons provenant de S sur l'ouverture correspondante, on obtient des images plus lumineuses. Les ouvertures du disque T1 sont convenablement recouvertes de papier huilé ou similaire.
 
Le mécanisme par lequel les disques sont déplacés est agencé de sorte que, pour chaque deuxième tour, l'axe repose à environ 0,5 mm du côté de la position normale; on obtient de plus belles images.
 
L'analyseur S peut également être placé dans le tube U à proximité de l'œil, et R peut également être remplacé par tout autre corps polarisant la lumière.
 
La rotation du plan de polarisation  peut être réalisée dans la partie concernée de l'appareil et en réfléchissant le faisceau polarisé provenant du pôle poli d'un électro-aimant, à travers le conduit entre les pôles d'un électro-aimant ou d'un autre procédé de formation de fil de trame.
 

La cellule de sélénium L peut être remplacée par les appareils suivants:
Sumner Tainter a prouvé que, sous l'influence des rayons, le noir de carbonne change aussi de résistance électrique, et la cellule qu'elle construit peut être stockée à la place de la cellule de sélénium.
Bell a montré que l'appel de lampe, exposé à des rayons intermittents de toute longueur d'onde, sonne. Un pot en verre est rempli de la toile métallique la plus appropriée, hermétiquement scellée à travers une membrane et attaché à ce dernier un microphone, qui est ensuite allumé à la place de la cellule de sélénium L dans le circuit MN; Vous pouvez appeler ce tambour calligraphique bourré avec la gaze métallique la plus sophistiquée et fermé par une membrane. Si ce tambour de sonnerie est exposé aux rayons intermittents qui traversent les ouvertures D1 D2 D3 ..., chaque substance luminescente correspond à un gonflement de la membrane et à une diminution de la résistance dans le microphone. Le tambour de sonnerie peut également être recouvert d'une membrane de fer et, par la vibration de celui-ci, générer dans les bobines d'un aimant téléphonique N courants d'induction à conduire.

A la place de la cellule de sélénium L peut également être utilisée une batterie thermique dont les pôles ont été connectés à N. A partir d'un objet suffisamment chauffé, la lentille G sur le disque crée également une image thermique, qui est décomposée par le mouvement du disque en rayons de chaleur intermittents; ces rayons de chaleur sont convertis dans la batterie thermique en intermittent, à N sont des courants conduits. Le destinataire du thermophone, un aimant de téléphone, porte au bout de celui-ci une sphère creuse professionnelle en fer à parois minces. En alternant le chauffage et le refroidissement de la sphère, des courants sont générés dans les bobines de l'aimant, qui doivent être conduits à N.

Le polariseur N O P Q.R S peut être remplacé par les précautions suivantes:
 
Bell a fait ses premières expériences  sur le photophone en parlant contre une membrane polie. Sous l'influence des ondes sonores, la membrane fonctionnait alternativement comme un miroir convexe, un plan et un miroir concave, de sorte qu'une cellule de sélénium érigée dans la direction d'un rayon de lumière réfléchie par la membrane polie était illuminée alternativement fortement ou faiblement. Au lieu de cette cellule de sélénium, on prend maintenant le disque T1, la membrane polie est en fer, et elle est déplacée par un aimant téléphonique, à travers les bobines dont on envoie les courants provenant de L et M ou d'un autre des appareils mentionnés plus haut. Bell a équipé cette membrane simple d'une série de combinaisons de lentilles et de miroirs; Bien sûr, tout cela peut également être utilisé ici. Le rayon réfléchi par la membrane doit tomber à travers les ouvertures du disque T1 dans l'oeil V. Grâce à cette membrane téléphonique, on peut également sceller à moitié un tuyau qui fournit l'air nécessaire à une flamme; Si le diaphragme vibre alors, plus ou moins d'air s'écoule alternativement à la flamme, qui brûle de manière plus ou moins sombre, il peut également être utilisé pour éclairer le disque T1. 
Si vous placez une plaque de quartz entre R et O, les images apparaissent dans les couleurs du spectre. Le disque T1 peut être placé avec le tube U dans le cône de lumière de n'importe quel encodeur de photophone. Si T1 se déplace à la même vitesse à n'importe quel moment, l'oeil V verra toujours la même image pour chaque tonalité fournie par le codeur, et il sera possible de déterminer par mesure à quelle hauteur il est. Chaque son, chaque mot donne une autre image ou série d'images; mais ceux-ci sont toujours les mêmes à vitesse constante du disque T1, de sorte qu'on peut reconnaître des sons dans ces images. Le disque peut également être éclairé par l'appareil d'enregistrement; l'écriture sur celui-ci, qui est incompréhensible à l'œil, devient ainsi beaucoup plus proche de la compréhension.
Si vous voulez faire des images dessinées sur du matériel transparent visible sur II, vous apportez D1 D2 D3 devant chaque ouverture. , , dans un deuxième disque, pour être placé sur l'axe F, des lentilles convexes de sorte que chacune a son point focal dans l'une des ouvertures, l'image correspondante (diapositive) est placée près du disque T et illumine les lentilles avec l'axe F parallèle , Il est possible d'activer un ensemble d'appareils N O P QR S dans le circuit LMN déjà au niveau de la station I et d'amplifier ainsi l'éclairage de la cellule au sélénium L; ainsi on obtient de plus grandes fluctuations de la résistance en L.

Revendications de brevet.


i. Pour les objets lumineux de lecture électrique, la connexion d'un capteur dans lequel un disque T, comportant des ouvertures en spirale et dressé de la même manière, devant les objets à reproduire et un circuit électrique alimenté en L de cellules de sélénium, vers un récepteur T1  avec une même vitesse de  rotation que le disque T, de la même facture que T,  se déplace entre l'observateur et une source lumineuse, tandis que le courant traversant le courant de cellule sélénium L agit sur le plan de rotation d'un agent polarisant circulaire qui est commuté entre l'observateur et la source de lumière dans le récepteur.


2. L'utilisation du mécanisme modifié d'un pan-télégraphe ou d'un télégraphe électro-chimique à la place des disques T et T1.

3. Pour remplacer l'utilisation de cellules de sélénium L
a) une cellule d'appel d'après Sumner Tainter,


b) un tambour d'appel monté sur le microphone à membrane, ou un tambour de pagination, qui est fermé à travers la membrane d'un téléphone,


c) un récepteur thermophone ou une thermobatterie comme décrit.

Pour remplacer le polariseur N O PQRS l'utilisation


a) d'un téléphone avec une membrane réfléchissante polie, avec ou sans miroir et des combinaisons de lentilles montées sur la membrane, qui visent la plus grande dispersion ou la concentration du faisceau réfléchi;

b) d'un téléphone, à travers la membrane duquel le tuyau qui fournit l'air nécessaire à un corps en feu est plus ou moins ouvert, en fonction de la largeur des vibrations.

(*) Le pan-télégraphe est inventé par l'Abbé Caselli en 1841. Le terme de Copirtelegraphie est celui utilsé dans le Handbuch (p.405) de Zetzsche, professeur de Nipkow, à propos du télégraphe électro-chimique de Bain (1846)

Pantélégraphe de l'Abbé Caselli (1841)

Télégraphe électro-chimique de Bain (1846)

(**). Nous n'avons pu identifier ce brevet, probablement britannique.

 

Sur la traduction de Bildpunkt par pixel, voir LYON, R.F., "A Brief history of 'pixel'"Digital photography, 2006. Lyon indique que J.R. Price (ingénieur chez Bell Telephone, inventeur du mot transistor), dans la présentation du disque de Nipkow qu'il donne dans son livre Electrons, Waves and Messages (1956),  a traduit le terme Bildpunkt par picture element qui deviendra pixel chez  un des pionniers de l'image numérique, Fred Billingsley, en 1965.

Avertissement. Bien que le brevet de Nipkow soit cardinal dans l'histoire de la télévision, il ne semble pas qu'une traduction complète en ait été publiée en français ni même en anglais. La traduction en français que nous proposons ici doit être considérée comme provisoire et est certainement susceptible d'être améliorée par des spécialistes de l'électricité et de l'optique.