top of page
Le 15 juin 1901, W.J. Clarke, l'homme ressource du New York Herald, réalise la  première expérience publique de diffusion d'image par voie hertzienne.

W.illiam Joseph Clarke est un de ces autres figures oubliées de l'histoire de la phototélégraphie, de la radio et de la télévision. La seule publication biographique qui lui a été consacrée a été écrite en 1982 par H.L. Chadbourne et publiée seulement en 2021 sur le site de la California Historical Society. Comme le montre Chadbourne, Clarke a été le pionnier de la T.S.F. aux Etats-Unis et il mérite une meilleure reconnaissance. Une grande partie des informations biographiques citées ici proviennent de l'article de Chadbourne, auquel nous renvoyons les lecteurs pour les détails. Chadbourne, par contre, avait réuni peu d'information sur l'expérience de diffusion hertzienne d'image, qui nous intéresse ici.

Un électricien passionné

Clarke était né à Trenton, Ontario (Canada), en février 1861 et était le fils d'immigrants irlandais. Il s'est intéresser très tôt aux questions relatives à l'électricité, probablement en autodidacte. A l'âge de 24 ans, Clarke a installé le premier système d'alarme incendie de la ville de Trenton et a dirigé la station électrique de la Trenton Electric and Water Co. Après avoir perdu ce poste, il a quitté Trenton pour s'installer à New York où il se fait rapidement connaître comme un électricien passionné, notamment en donnant des conférences.

Le 19 juillet 1897, il crée à New York la United States Electrical Supply Co.  (USESCO), avec deux associés. Cette date est symbolique : Clarke créé sa société un jour avant que Marconi ne crée sa propre société à Londres. L'USESCO était installée au 120 Liberty Street, dand un quartier de Lower Manhattan qui allait être connu dans les années 20 comme le Radio Row, où se concentraient les magasins spécialsiés dans le matériel électrique et de T.S.F.

 

En 1897, il présente à l'American Institute of Electrical Engineers (AIEE) un émetteur "à étincelle", encore très sommaire. (2)

 

En novembre 1897, il fait des expériences de T.S.F. inspirées par celles de Marconi et une première démonstration le jour de Thanksgiving Eve (25 novembre 1897). (3) En 1898, la USESCO commercialise du matériel de transmission et bénéficie d'n article en pleine page de Scientific American (4). En Italie, ce matériel n'est pas considéré comme digne de concurrencer celui de Marconi.(5)

transmitter.jpg

W.J. Clarke et son appareil de transmission 

"Telegraphing Trhough Space Without Wire", The Electrical Age, 15 December 1897

Début mai 1898,  dans le contexte de la guerre entre les Etats-Unis et l'Espagne, il fait à Madison Garden la démonstration d'un système de déclenchement à distance de mine navale. (6). Une idée similaire avait été développée par S.H. Short quelques semaines plus tôt dans le  Philadelphia Inquirer, 20 mars 1898, suggérant d'utiliser la phototélégraphie et la T.S.F. pour déclencher à distance l'explosion de mines nautiques.(7)

exploding 2.jpg

(1) CHADBOURNE H.L., "William J. Clarke and the First American Radio Company", 1982 (publié sur le site de la California Historical Society en 2021)

Kertesz.jpg

Le building du 120 Liberty Street photographié en 1963 par André Kertész (Source : Portland ARt Museum)

(2) "Telegraphing Trhough Space Without Wire", The Electrical Age, 15 December 1897

(3) "Marconi Wireless Telegraphy in America", The Electrical Engineer, 12 December 1897

(4) "Wireless Telegraphy," Scientific American, 2 April 1898

(5) Monitore delle Strade Ferrate, 18 juin 1898

(6) New York Times, 7 May 1898.

(7) "Starling Things in Naval Battles of the Future", The Philadelphia Inquirer, 20 March 1898

 

Clarke Electrical Age 1897b.jpg

Hypothèse de recours à la phototélégraphie et à la T.S.F. pour faire exploser des mines nautiques. The Philadelphia Inquier, 20 March 1898

La Grande Duchesse.jpg

La Grande Duchesse, navire à partir duquel Clarke a organisé la transmission T.S.F. de la régate de l'America's Cup

L'America's Cup et la rencontre avec Marconi

 

Le 21 juin 1899, Clarke  fait une démonstration de T.SF au Franklin Institute. (8). Il a proposé un appareil de T.S.F. pour les bateaux, permettant de percevoir la présence de navires ou d'icebergs.(9)

 

Il  a organisé l'utilisation de la T.SF. par le New Herald Tribune pour la couverture de l'America's Cup Yacht Race, le 5 octobre 1899. Le journal avait d'abord contacté le Professeur Reginald Fessenden, mais comme celui-ci n'était pas disponible, l'organisation de l'opération a été confiée à Clarke. Celui-ci a proposé d'inviter Guglielmo Marconi, qui n'était pas encore venu aux Etats-Unis. Le recours à la T.S.F. a permis au New York Herald d'assurer une couverture plus rapide que celle de ses concurrents. Comme l'analyse Chabourne, la participation de Marconi a retenu l'attention des journalistes, mais le rôle de Clarke n'a pas été négligeable dans le succès de l'opération.(10) Le 8 octobre, Marconi, à l'occasion d'une interview, fut questionné sur le telediagraph d'Ernest A. Hummel et déclara que la transmission d'image en T.S.F. serait tout à fait possible.(11) 

Clarke s'intéressait également aux rayons-X et a organisé des démonstrations dans le cadre de la Massachusetts Charitable Mechanic Association (12)

 

En 1900, Clarke publiait régulièrement des informations locales dans The Electrical Worker, Journal of International Brotherhood of Electrical Worker dont il était Press Secretary. En 1902, il a publié un ouvrage d'initiation à l'électricité, proposant des travaux pratiques pour les amateurs adepets du "do-it-yourself", dont le nombre croissant allait bientôt permettre l'essor de la T.S.F. puis de la télévision mécanique. "A book intended for boys" écrira The Electroica Review. (13). Ses présentations des nouveautés électriques étaient toujours populaires et il fut notamment engagé en 1906 par la Chicago Electricity Exhibition pour des conférences quotidiennes; (14)

American Inventor May 1906.jpg

W.J. Clarke (à droite faisant la démonstration d'un tube de Moore à la Chicago Electrical Exhibition,

The American Inventor, May 1906

(8) Journal of the Franlkin Institute, July 1899, p. 78

(9) “Application of Wireless Telegraphy to Navigation,” Journal of the Franklin Institute, June 1899 ; The Railroad Telegrapher, July 1899)

(10) Sur l'importance de la régate dans la promotion des activités de Marconi aux Etats-Unis, voir Marc RABOY, Marconi, Oxford University Press, 2016, pp. 108-122 Raboy ne cite pas Clarke. Un article dans la version parisienne du New York Herald, 23 septembre 1899, précise que le matériel a été acheté à l'USESCO et que l'opération est placée sous la supervision de Clarke. Un article du même journal, le 27 septembre; précise que l'USESCO va se livrer à de nombreuses expérimentations une fois que M. Marconi aura accompli son travail pour le Herald. Voir également le NYH, 5 octobre 1899.

(11) Voir ici notre article sur cette déclaration

(12) .Electrical Engineer, 21 July 1898, The American X-Ray Journal, August 1898,  

(13) W.J. CLARKE, ABC of Electrical Experiments : A Practical Elementary Book Especially Adapted to Beginners & Students, Excelsior publishing house, 1902   Recension in The Electrical Review, 1902, p;804

ABC.jpg
The_Shawnee_Herald_1903_03_03_page_1.jpg

The Shwanee Herald,  3 March 1903

L'expérience de diffusion d'images par voie hertzienne (15 juin 1901)

L'idée de la diffusion d'images en "sans fil" est apparue très vite après la découverte des ondes hertziennes. Trois brevets ont été accordés en 1898 et 1899 : un en France, un en Allemagne et un en Grande-Bretagne (14). L'idée est évoquée dans la presse, en particulier le Washington Post  à l'occasion de la transmission des images du procès du Sénateur Quay avec le telediagraph de Hummel. et, à sa suite, le Kansas City Journal, le 28 avril 1899 ou encore The Waterbury Democrat  le 5 mai,

Le 9 février 1901, le Minneapolis Journal annonçait la collaboration de Hummel et de Clarke pour utiliser le telediagraph en diffusion hertzienne.

 

 

Il est probable que Marconi et Clarke aient discuté cette hypothèse lors de leur rencontre à l'occasion de l'America's Cup et, si ce n'est pas le cas la déclaration de l'inventeur italien diffusée le 9 octobre 1899 a certainement stimulé Clarke dans l'idée de transmettre des images en mode "sans fil". Il a espéré être chargé de la couverture de cette manière de la régate d'octobre 1901.  Le 15 juin 1901, il s'est livré à une expérience dans les locaux du New York Herald en recourant au telediagraph qu'Ernest A. Hummel avait mis au point pour la transmission par télégraphe.

The_Minneapolis_Journal_1901_02_09_Page_6.jpg
herald buildling new york historical society.jpg

Le Herald Building en 1894

(14) Premiers brevets relatifs à la diffusion d'images par voie hertzienne :

  • BAUER. Télescope electromagnetiquepour transmettre des écrits, des dessins, des images et des vues de toutes sortes à grande distance., Brevet français, mars 1898, 275 892

  • R. GREVILLE-WILLIAMS, Wireless telegraphy, E.P. 9272 du 2 mai 1899)

Principaux articles sur l'expérience du 15 juin 1901

  • The New York Herald,; 16 (or 17 ?) June 1901

  • "New Electrical Marvel", The Baltimore Sun, 17 June 1901

  • "Pictures sent by WIre", 18 June 1901

  • “Sent a Picture Over the Wires,” Mail and Empire, Toronto, Ontario, August 24, 1901 

NYH 7.7.1901a 1.jpg
NYH 7.7.1901ab.jpg

Illustrations de l'expérience de W.J. Clarke, 15 juin 1901, et schéma du telediagraph tels que parues dans l'édition parisienne du New York Herald, 7 juillet 1901.

NYH 7.7.1901c.jpg

Le poste émetteur et le poste récepteur n'étaient distant que de 15 pied (4,572 mètres), mais séparé par un mur épais de 8 pouces (20,3 centimètres). L'opération devait être limitée quant à la distance par la hauteur des plafonds du Herald Building. Comme l'expliqauit le Herald, la hauteur des pôles ou des tiges est en relation directe avec la distance à travers laquelle un message peut être transmis par les ondes électriques.

 

Le cylindre récepteur était enveloppé d'une feuille de papier blanc surmontée de papier carbone, côté marquage vers le bas. Les relais aux extrémités de la liaison étaient connectés de sorte que chaque fois que le stylet émetteur rencontrait de l'encre isolante, un solénoïde au niveau du récepteur était excité. Il pressait  le stylet de réception contre le support en papier carbone. Le charbon marquait la feuille blanche. Peu à peu, une réplique de l'image originale prenait forme. Les cylindres tournaient à environ 14 tour/min. À chaque révolution, le stylet de réception était amené à démarrer en haut de la feuille de papier au même instant que le stylet d'envoi commençait en haut de la feuille d'étain. Cela a été fait en faisant tourner le cylindre récepteur légèrement -1 ou 2 pour cent -plus vite que l'expéditeur, puis en le maintenant à la fin de chaque révolution jusqu'à ce que l'expéditeur rattrape  son retard. Le mécanisme de maintien était actionné par l'espace qui séparait les extrémités de la feuille après sa fixation au cylindre de l'expéditeur. Cette méthode de synchronisation était une caractéristique particulière de la conception Hummel. Une autre caractéristique était un arrêt automatique qui éteignait l'appareil après l'envoi d'une photo.

Les plus grandes difficultés rencontrées ont été de surmonter les vibrations du stylet du poste émetteur et de régler le cohéreur au degré de sensibilité nécessaire pour assurer de bons résultats.

Le portrait de M. Ashbridge, maire de Philadelphie, a été transmis en 13 minutes. On notera que plutôt qu'en lignes claires il avait été tracé en petits traits, quasi en pointillés. 

San Francisco Call, 24 June 1901

ash.jpg
ash 2.jpg

Le portrait initial et le portrait transmis du Maire Ashbridge.

The_San_Francisco_Call_Mon__Jun_24__1901_.jpg

Cette expérience a peu retenu l'attention de la presse scientifique de l'époque, et, dans la presse professionnelle, seule Electricity  en a rendu compte. La grande presse en a peu parlé. Même un totre allié du New York Herald tel que le Philadelphia Inquirer ne l'a pas mentionnée. Elle. est donc complètement négligée par les historiens de la télévision et de la phototélégraphie alors que, symboliquement, elle représente un moment important.

Des échos sur le mode la plaisanterie

Néanmoins, la nouvelle a circulé sur le mode de la plaisanterie, comme en atteste divers entrefilets. On en trouve une dans le Omaha World Herald dès le 1er juin 1901 ce qui laisse penser que la préparation de l'expérience avait attiré l'attention.

La plaisanterie sur les couples qui ne pourront plus s'embrasser sans que la chose se sache partout, reproduite dans les mêmes termes par au moins une vingtaine de journaux, est typique de l'inquiétude sur la société de surveillance que va entraîner la vision à distance. Cette inquiétude était formulée dès les années 1880.

 

Omaha World Herald,  1st June 1901

DailyNStar 1901.jpg

Le telediagraph utilisé par .J. Clarke, Daily Star 24 August 1901, in CHADBOURNE, 1982)

Omaha_World_Herald_1901_06_01_page_4.jpg

Biddeford-Saco Journal19 June 1901

Biddeford_Saco_Journal_1901_06_19_page_4.jpg

The Waterbury Democrat, 20 June 1901

The_Waterbury_Democrat_1901_06_20_page_2.jpg

Boston Evening Transcript, 20 June 1901

Boston_Evening_Transcript_1901_06_20_page_8.jpg

The Guthrie Daily Leader, 25 June 1901

The_Guthrie_Daily_Leader_1901_06_25_Page_4.jpg

The Halifax Herald, 5 May 1904

Réception à l'étranger

L'expérience n'a pas eu beaucoup d'écho à l'étranger. Quelque journaux britanniques ont mentionné l'expérience "Pictures by wireless", mais de manière très grève et en citant le New York Herald plutôt que Clarke.. Curieusement, ce n'est que le 12 juillet que l'agence UPI a envoyé une dépêche, reçue notamment The Press, à Christchurch en Nouvelle Zélande. Mis à part les articles de l'édition parisienne du New York Herald, je n'ai pas repéré d'articles dans la presse française.  En Argentine, la revue Caras y Caretas fait référence à l'expérience, mais c'est surtout pour mettre en avant la théorie des ondes telluriques de Popp. 

Expériences suivantes

Clarke ne paraît pas être revenu sur son expérience. Il faudra attendre quelques années pour voir d'autres inventeurs reprendre l'hypothèse : Balsera en Espagne, en 1907. Une rumeur circule en 1907 à l'occasion du lancement de l'appareil Berjonneau. Le 31 décembre 1907, le directeur de l'Anglo-American Telegraph Company annonce que l'année 1908 sera celle de la mise en place de la diffusion transtalantique de photographies avec le sytsème Poulsen, mais ce projet ne se réalisera pas. Le 24 avril 1908, c'est le danois Hans Knudson qui ananonce un système de lynotype et de transmission d'images par voie hertzienne...

n 1913, quand C. Francis Jenkins a commencé à s'intéresser à la diffusion de films par T.S.F., un article dans The Marconigraph (Janvier 1913) a rappelé que plusieurs dessins avaient été transmis, en 1901, au travers d'un mur de huit pouces en recourant au telediagraph.

André Lange

27 avril 2023

bottom of page